Cette page est destinée à ceux qui, comme moi, sont à la recherche d'une maquette de voilier navigante avec coque en bois. Curieusement, il semble que cela n'intéresse guère les fabricants de kits...

Billing Boats vend un kit de Dragen (connu chez nous en tant que Dragon), qui correspond bien à cet objectif, mais curieusement ils le vendent comme maquette d'exposition et non navigante. Curieux, vu que le bateau est livré avec un vrai lest en plomb, un gouvernail fonctionnel, etc...

Voici quelques suggestions pour ceux qui seraient tentés de réaliser leur Dragen radiocommandé.

La coque

Une fois la coque construite, ne pas oublier de badigeonner copieusement l'intérieur avec de la résine, pour en assurer l'étanchéité et la rigidité. L'intérieur, parce que la résine se ponce très difficilement...

 

Avant de refermer le pont, quelques ajustements par rapport au plan :
1- un entonnoir pour faciliter la mise en place du mât ; superflu à l'usage
2- des renforts où viendront s'enficher les cadènes des haubans
3- un plancher sur lequel sera posée l'électronique
4- un renfort (devenu inutile par la suite)

La direction

Incontestablement le problème le plus délicat à résoudre. A l'origine, j'avais prévu de mettre le servo de direction à l'avant avec ses camarades, et de faire un renvoi vers la barre à l'aide d'une tringlerie souple (d'où l'abominable trou 5 visible sur la photo). A l'usage, il m'a paru plus sûr de mettre le servo et la barre en prise directe -au détriment de l'esthétique. Un petit coffrage viendra réparer ce défaut. L'avantage : cela fonctionne parfaitement !

La manoeuvre des voiles

Les voiles sont réalisées dans la toile à voile la plus légère disponible chez Cap Maquettes. Les poulies viennent du même endroit. Je recommande aussi leur adhésif double-face, qui facilite bien la couture... Les cordages sont en dacron, mais des haubans métalliques seraient sans doute aussi jolis.

Les deux voiles se manoeuvrent classiquement à l'aide d'un treuil unique. Le foc se verra doté d'une bôme (ici réalisée avec une baguette de restaurant japonais). L'oeil aguerri aura noté les ridoirs de haubans : un morceau de placage, percé de trois trous.

Le cockpit est assez encombré :
6- le pontet qui sert de pivot à la direction est en fil de fer de porte-manteau
7- le banc est amovible : les extrémités sont maintenues par deux cales en bois
8- le support de servo, construit un peu anarchiquement...
9- un stylo-bille BIC a fait les frais du passage des câbles entre cockpit et cale
10- poulie de renvoi de l'écoute de foc

L'électronique

 La cale, on s'en doute, est assez occupée. Bien sûr, il convient de modifier le capot de la cale pour qu'il soit amovible et relativement étanche. J'ai rajouté une bordure faite avec les restes des planches utilisées pour réaliser la coque.

- en 1 et 3, on retrouve l'entonnoir de mât et le plancher
18- assemblage en bois collé au plancher
11- batterie de quatre éléments ; impossible de sortir une cinq éléments de là !
la batterie alimente le récepteur qui alimente le treuil et le servo
12- les tronçons de stylo BIC qui guident le cordage du treuil vers le cockpit
13- le treuil, un Regatta Eco de chez Graupner, vissé sur l'assemblage 18
14- le récepteur, collé au double-face sur l'assemblage 18
15- un interrupteur, collé là pour me faciliter la vie
16- l'antenne sort par un petit trou, pour rejoindre la tête de mât
17- cet élastique sert de hâle-bas de bôme

Le résultat

Direction le canal Saint-Martin, par un beau dimanche ensoleillé... Le résultat est largement à la hauteur de mes espérances. Le bateau révèle de bonnes qualités de navigation. Seul défaut : par «grand» vent, il a tendance à remplir le cockpit d'eau.

Le site du propriétaire du bateau visible sur la quatrième photo est .

Une autre réalisation du Dragen en version radio-commandée est visible ici.

Page modifiée le 08 mai 2003

This site is a member of WebRing.
To browse visit Here.